Luc raconte les trois mois qu’il a passés en Norvège pour son stage de fin d’études à l’IUT. Il y a donc travaillé, partagé la vie des Norvégiens et visité des paysages bien différents du sud de la France! Une belle expérience, variée et dépaysante.

Cliquez ici pour ECOUTER LA CONVERSATION

Transcription:
A : Alors Luc, il y a un an, tu étais en… en partance (1) pour… pour la Norvège, pour faire ton stage. Et après, j’ai pas su ce qui… ce qui s’est passé, comment ça s’est passé. Enfin, j’ai pas eu trop, trop (2) de nouvelles directes. Alors raconte un peu.
L : Bon alors, je suis parti en Norvège pour trois mois de stage. Donc j’ai réalisé mon stage dans un hôtel quatre étoiles.
A : Ah oui?
L : Oui. Et donc…
A : Qu’est-ce que tu faisais?
L : En gros (3), c’était un stage qui était consacré aux services hôteliers, plus que… qu’à l’administration.
A : Ah bon.
L : Donc, peut-être il y avait une partie administration avec les factures et quelques tâches aussi à la réception. Mais essentiellement, je travaillais dans… dans les salles de conférences ou dans le restaurant et…
A : Ah oui? Mais alors tu faisais quoi? (4) Tu…
L : Ah beh, je me chargeais de… dans la salle de restaurant, des serveurs.
A : Carrément.
L : Dans la salle de conférences, on accueille les invités et… Mais je pense que quand on veut travailler dans le management hôtelier, c’est quand même essentiel de connaître la base.
A : Oui, d’accord.
L : Je pense qu’on est obligé de passer par là.
A : Oui, pour savoir en quoi consiste le travail et…
L : Oui. Et puis je pense qu’il y a quand même un avantage, c’est que, voilà, on parle anglais, donc…
A : Oui. Tout le temps?
L : Je pense que c’est toujours mieux que de faire la même chose mais en France.
A : Oui, oui. Bien sûr.
L : Enfin je pense. (5)
A : Bon alors, et la Norvège?
L : Ben la Norvège, je pense que ce que je retiendrai de là-bas, c’est que c’est un pays où tout est très cher en fait!
A : Ah oui?
L : Ouais. C’est… Bah pour vous donner un exemple, si vous achetez une bouteille de lait d’un litre, c’est deux euros trente (6). Mais aussi, ils gagnent beaucoup là-bas…
A : Ils ont un salaire plus élevé?
L : Oui. Un salaire très élevé. Bah pour vous donner un ordre d’idées (7), les serveuses qui étaient dans mon hôtel, elles gagnaient 2 200 euros par mois.
A : Oui, alors qu’en France…
L : Oui, et le SMIC (8), il me semble qu’il est à 14 euros de l’heure, net. Ce qui fait… Oui. Mais de manière générale, ils ont un pouvoir d’achat plus fort parce que même si tout est plus cher, il y a certaines choses comme l’électro-ménager ou les voitures ou les vêtements, c’est le même prix qu’en France.
A : Ah! D’accord. D’accord.
L : Donc ils ont toujours un avantage, quoi.
A : Oui, oui, oui. Et alors, l’accueil a été bon? Les gens sont sympathiques?
L : Oui, les gens sont très, très, très sympathiques!
A : Tu t’es vite intégré?
L : Euh… Oui. Bon des fois, c’est un peu difficile de… je veux dire… de… de rester avec eux, parce que, bon, comme ils sont qu’entre… entre Norvégiens, ils parlent norvégien et… Bon moi, je parle qu’anglais (9), donc en fait, j’ai une double barrière linguistique, le norvégien et l’anglais. Mais bon, j’ai quand même essayé de… de m’intégrer avec eux, parce que j’étais logé dans une résidence étudiante, sachant qu’il y avait une université à côté. Donc il y avait quelques étudiants étrangers aussi.
A : D’accord. Et au point de vue, je sais pas, les habitudes, la nourriture, tout ça, est-ce qu’il y a des choses qui t’ont marqué ou…?
L : Euh oui! Je préfère la bouffe (10)… la bouffe française.
A : C’est vrai?
L : Oui! Et… oui, il y avait des choses que je trouvais bizarres, c’était… Ils mangeaient des hot-dogs par exemple au petit déjeuner des fois.
A : Ah oui! Et toi, non, c’est pas ton truc! (11)
L : Genre le coloc (12) qui faisait ça le… le matin. Et sentir ça le matin, c’est un peu… Enfin non, c’était pas trop, trop mon truc, quoi.
A : Et c’est un beau pays ou…? Qu’est-ce que tu as…?
L : Oui, c’est très, très beau. En fait, bon c’est… c’est pas… c’est pas urbain, hein. Si vous recherchez un paysage urbain, vaut (13) peut-être mieux aller plus au Danemark. Mais… C’est plus la nature…
A : Là, c’est plus sauvage.
L : Ouais. Et je pense que la… la plus belle partie de la Norvège, c’est le nord en fait, parce que c’est réputé pour ça, avec les fjords et tout ça…
A : Eh oui, oui, oui. Tu as pu te déplacer et…
L : Oui, j’ai pu y aller avec un ami après mon stage. On est allé au nord. C’était à 1000 km et c’était super beau, quoi! C’était en été et il faisait jamais nuit. On est resté cinq jours et il faisait froid, il faisait 9 degrés…
A : L’été…
L : En été, ouais. Mais bon, c’était… Je pense que les gens là-bas sont très, très, très accueillants.
A : Oui, c’est une belle expérience?
L : Mmm. (14)
A : Bon, eh bah tant mieux.

Quelques explications:
1. être en partance : être prêt à partir
2. pas trop de nouvelles : peu de nouvelles
3. en gros : pour résumer. Sans entrer dans les détails.
4. Tu faisais quoi? : question très orale mais très fréquente, avec le mot “quoi” rejeté à la fin.
5. Je pense : ici = à mon avis.
6. La Norvège n’a pas l’euro bien sûr. Luc fait la conversion.
7. Pour vous donner un ordre d’idées : pour que vous ayez des repères et que vous puissiez comparer.
8. Le SMIC : le salaire minimum obligatoire en France. Luc utilise ce terme aussi pour la Norvège. Ce salaire minimun en France est beaucoup plus bas.
9. Je parle qu’anglais = Je ne parle qu’anglais. Comme souvent oralement, on ne dit pas “ne”.
10. La bouffe : la nourriture, en argot.
11. C’est pas ton truc = ce n’est pas quelque chose que tu aimes faire.
12. le coloc = abréviation familière pour “colocataire”. Genre… : on utilise ce mot quand on va donner un exemple pour illustrer la situation. C’est familier.
13. Vaut mieux = Il vaut mieux. On omet souvent “Il” à l’oral dans ce genre d’expressions. ( Faut = Il faut…)
14. Mmm : onomatopée qui signifie “oui” en français.

Et on se retrouve aussi sur France Bienvenue2 si vous voulez entendre encore du français comme on le parle.

Advertisements